fbpx

Offrir une seconde vie à ses vêtements

27 mars 2020

Une renaissance a plusieurs visages. Ce vêtement a peut-être encore un espoir de rester dans votre dressing, il y a la case réparation et la case transformation (quand un jean devient short). Et si la rupture est la seule issue alors il y a plusieurs options. Sachez que toutes les séparations ne se font pas dans la douleur. Vous pouvez rester amis. Avec cette pièce vous avez peut-être eu le coup de foudre. Peut-être la mayonnaise est-elle retombée aussitôt. Qu’importe, ce vêtement peut être heureux sans vous, porté par quelqu’un d’autre ou même recyclé. Comment assurer la meilleure seconde vie à ses vêtements ? 

 

 

RÉPAREZ-LE 

C’est l’une des meilleures option pour donner une seconde vie à un vêtement qui vous plait encore, mais qui n’est pas en état d’être porté pour une raison plus ou moins valable. Car oui, nombre de nos vêtements peuvent être réparés ou optimisés. 

Voici quelques bons gestes, qui semblent une montagne aux non-initiés et qui se révèlent très accessibles. Le plus difficile est de se lancer, mais on a cru comprendre que vous aviez un peu de temps en ce moment. 

 

Réparer un bouton

 

Un rien peut parfois déclencher un nouvel achat, et ce rien ne doit plus être un bouton décousu. Car c’est simple et ça peut donner 10 ans de vie supplémentaire à votre cher et tendre pantalon. Un bref aperçu des étapes à prévoir :  

Munis d’une aiguille, enfilez un fil doublé et terminez par un nœud liant les deux extrémités.

Piquez sur l’envers, de l’autre côté où le bouton doit être fixé, tirez sur le fil jusqu’à ce que le noeud vienne buter contre le tissu. 

Passez l’aiguille dans le premier trou du bouton et faites-là rentrer dans un second trou.

Puis piquez sur l’endroit en essayant de faire ressortir l’aiguille au niveau du nœud qui est de l’autre côté.

De la même manière, piquez encore et encore. Veillez à passer dans tous les trous du boutons et à toujours conserver le bon espace entre le bouton et le tissu. Au bout d’une dizaine de points (peut varier selon la matière et le poids), le bouton est suffisamment bien accroché pour avoir une bonne durée de vie.

Passez une dernière fois dans un trou et, plutôt que de repasser une fois encore dans le tissu, enroulez votre fil autour des passages antérieurs en serrant autant que possible pour que cela forme un ensemble compact. Une fois que vous avez fait 4 ou 5 tours autour des fils, piquez sur l’endroit et faites bien ressortir l’aiguille au niveau du nœud initial.

Terminez par un point d’arrêt sur l’envers. Coupez l’excédent de fil au ras du nœud.

Le tout en vidéo, par Minute facile.

 

 

Réparer un accroc

 

Pour un accrochage c’est encore plus simple. Il se répare en rentrant le fil tiré à l’aide d’une aiguille.

Pour commencer, sous un bon éclairage, repérez précisément l’endroit où le fil a été tiré. Dans la trame du tissu et avec votre plus grande précision, servez-vous du bout de l’aiguille pour tirer sur le fil du chevron à côté.

Du bout des doigts, resserrez pour réduire la boucle formée par le fil tiré. Renouvelez ce geste au fur et à mesure que vous avancez jusqu’à ce que le fil tiré retrouve sa place originelle dans la trame.

Il y a aussi l’option “patch” 

Pour donner une seconde vie à un vêtement déchiré par l’usure ou par accident  vous pouvez aussi utiliser un patch en tissu thermocollant afin d’éviter à votre vêtement de s’effiler davantage. Préparez en plus, une paire de ciseaux et un fer à repasser :

Branchez le fer à repasser puis réglez la température sur coton

Découpez un patch d’une taille supérieure à la surface de la déchirure.

Avec les ciseaux, arrondissez les angles du patch.

À l’envers du tissu, posez le patch en positionnant la face brillante contre le tissu.

Repassez le patch sur l’envers du vêtement et laissez refroidir avant de retirer le film protecteur.

 


Faire un ourlet invisible

À l’ère du prêt-à-porter, il est évident qu’un pantalon nécessite une retouche sur mesure pour tomber à merveille sur vos jambes, si vous avez le sens du détail. Ainsi celui-ci sera mieux adapté à votre taille. La deuxième chose à prendre en compte, c’est évidemment les tendances et les codes en termes de longueur, lesquels n’ont cessé d’évoluer. 

Vous pourriez très bien renouer avec l’un de vos modèles et lui donner une nouvelle allure en optant pour un ourlet invisible. On vous donne quelques premières clés pour vous lancer :

 

Lavez une première fois votre pantalon avant de faire l’ourlet

Préparez l’ourlet : mesurez-le et cassez-le au fer. Utilisez des épingles pour être certains qu’il tienne bien. 

Commencez dans la partie de l’ourlet en faisant un nœud (sans traverser les 2 couches de tissu, car le fil ne doit jamais traverser le tissu que l’on verra sur l’endroit).

Piquez ensuite, dans la partie juste à la limite sous votre ourlet sans traverser le tissu avec l’aiguille. Le but est bien de réussir à faire passer l’aiguille dans une toute petite “maille” du tissu sans traverser le tissu.

Lors de cette étape il faut vraiment faire cela avec beaucoup de finesse et ne surtout pas traverser entièrement le tissu.

Une fois le fil passé dans cette petite “maille”, il ne reste plus qu’à piquer dans le tissu de l’ourlet.

Recommencez jusqu’à finir tout l’ourlet.

© blog Couture Facile

 

Faire confiance à un retoucheur

On a chacun des morphologies bien spécifiques, et il faut se l’avouer, aucune pièce de prêt à porter n’est taillée pour nous. Il y aura toujours un petit défaut, ou certains détails perfectibles. Alors si une pièce vous tient particulièrement à cœur, qu’elle a une valeur monnayable ou sentimentale, il peut être judicieux de la faire retoucher afin que son allure soit à la hauteur du culte que vous lui vouez. Le recours à un professionnel peut alors s’avérer judicieux et selon l’ampleur de votre demande, cela ne coûtera pas forcément un bras, ou une jambe. Car on va forcément s’arrêter plus particulièrement sur le cas du pantalon

C’est évidemment la pièce plus couramment retouchée car les coupes sont multiples, les matières aussi et les couleurs également. Selon la sensibilité et les priorités de chacun notre choix va prendre en compte un de ces critères plus que l’autre. Les jambes sont aussi une des parties de notre corps qui diffèrent le plus. Cuisses et/ou hanches plus ou moins volumineuses, jambes plus ou moins longues, bref les retouches sont parfois indispensables. Nombreuses opérations sont envisageables pour parfaire son modèle préféré, aussi bien sur un pantalon de costume que sur un jeans : longueur, cintrage, entrejambes, agrandissement, etc.

Les prix s’échelonne généralement de 5€ pour un ourlet classique à 30€ pour un élargissement de la taille. Pas de quoi se priver, mais cette solution attendra la fin du confinement. 



 

DONNEZ-LE

La première solution pour faire du tri sans jeter bêtement des vêtements qui sont loin d’avoir dit leur dernier mot : les donner à quelqu’un de votre entourage ou bien à quelqu’un qui connaît quelqu’un qui en aurait besoin.

Ainsi, il est toujours moins difficile de prendre la décision de se séparer d’un vêtement quand on sait qu’on lui offre une seconde vie sur quelqu’un d’autre. 

Votre petit frère, votre petite cousine ou même votre grand-père. Avec un peu de chance vous pourrez marchander avec lui et troquer votre pièce contre une veste 100% vintage, que tout le monde vous jalousera. Oui, sachez que le dressing de papy is the new friperie branchée. Bref, donner c’est une excellente solution, et dites-vous que votre vieux jean sera toujours plus heureux sur les jambes d’un(e) autre que bloqué au fin fond de votre placard. 

 

Pour effectuer votre tris, la célèbre méthode de Marie Kondo est extrêmement inspirante, elle est même valable au-delà du tris de vêtements. Elle a une portée bien plus large. A défaut de lire son ouvrage La magie du rangement, paru en 2011 ou de visionner les 8 épisodes de sa série L’Art du rangement sur Netflix, voici les grandes lignes de sa théorie : 

 

 1. engagez-vous à ranger et à le faire avec sérieux 

2. imaginez votre style de vie idéal 

3. rangez par catégorie, pas par lieu

4. suivez le bon ordre cité plus haut 

5. demandez-vous si cela vous procure de la joie 

6. prenez le temps de remercier chaque objet avant de poursuivre votre désencombrement

 

VENDEZ-LE

Plusieurs plateformes digitales de seconde main ont vu le jour depuis quelques années. 

Vous pouvez ratisser large et mettre tous vos vêtements sur la même plateforme, cependant elles ont chacune leur spécificité. Par exemple, des vêtements de marques entrée de gamme n’ont pas d’intérêt sur Vestiaire Collective, puisque la commission minimum par transaction est de 15 €.

Vinted et Leboncoin comptent parmi les plateformes où les ventes trouvent facilement preneurs pour les entrées de gamme. Pour les milieux de gamme il est en effet plus intéressant de se rendre sur Vide dressing et Vestiaire collective. Cela ne signifie pas pour autant que la théorie inverse est irréalisable. À nuancer.

 

Il y a aussi l’option friperies, ces boutiques de vente de vêtements de seconde main. Selon le fonctionnement de chacune d’entre elles, celles-ci peuvent vous régler directement selon la valeur à laquelle elle auront estimé votre panier. Certaines vous règleront seulement une fois que chacune de vos pièces auront trouvé preneurs. Toutes exigent généralement que les vêtements et accessoires présentés soient en bon état et apprécient évidemment les marques de valeur. Vous pouvez parfois espérer vendre les vêtements à 50% de leur valeur originale. Selon le style adopté par chacune, la sélection sera plus ou moins drastique

Vous y gagnerez  certainement moins que sur une plateforme digitale, mais en contrepartie, la démarche demande moins d’investissement. 

 

Que pouvez-vous vendre ? 

Pour savoir ce que vous devez vendre au sein de votre dressing, identifiez les “poids morts”. Ils évoquent ces fameuses pièces que vous gardez « au cas où » et qui vous empêchent d’acheter de belles pièces, parce que vous pensez déjà avoir ce qu’il faut. 

Peut-être avez-vous déjà un jean bleached mais vous trouvez la toile et la coupe approximatives ? 

Concernant ces pièces dont vous n’êtes pas vraiment satisfaits mais qui vous empêchent d’en acheter une “similaire mais mieux”, c’est le moment de les vendre.

Il y a également les pièces que vous avez déjà en doublon (ou presque) dans votre dressing, plus de question à se poser : vendez celle qui vous convient le moins

 

Qu’est-ce que vous ne pouvez pas vendre ? 

Au contraire il y a des pièces que vous ne pouvez pas vous permettre de vendre. Les vêtements trop usés ou abîmés, sauf si l’usure est une belle patine naturelle (sur un jean  par exemple). Certaines pièces de grandes enseignes, sans grande valeur, s’accumulent sur les plateformes de vente : elles ne méritent pas d’être vendues. Dormez avec, faites du sport avec.

 

RECYCLEZ 

Il y a plusieurs manières d’offrir un nouveau destin à vos vêtements. Le recyclage est évidemment une issue supplémentaire sur laquelle on s’arrêtera lors d’un rendez-vous très prochain, car soucieux d’aller plus loin dans notre démarche éco-responsable, on vous réserve de belles surprises, concrètes. Rendez-vous après ce long confinement.

 

Prenez soin de vous, restez chez vous.

Si cet article était une chanson

On vous conseille aussi