fbpx

Nouvelle précommande, découvrez le Chino chaud

21 septembre 2020

Le Chino chaud c’est notre 2e précommande. Vous avez été plus que réceptifs au Chino double-face, et vous êtes ok pour consommer mieux. Bref, on est en phase. Alors cette fois on se lance avec un modèle inédit. On va vous parler d’un pantalon à porter au coin du feu, alors que le mois de septembre s’est révélé brûlant. Mais rassurez-vous le Chino chaud sera bientôt de circonstance, ça tombe bien, on vous le livre en décembre. Un rien l’habille, alors on a sélectionné 3 looks.

 

>> Découvrez le Chino chaud <<

 

Look 1 : Total look flanelle

Quand on aime on ne compte pas alors on n’hésite pas à mettre les bouchées double. Avec ce premier look vous pouvez tout à fait envisager aller au boulot, au chaud. En détail, on a choisi : 

  • Un polo blanc texturé pour éviter de tomber dans un look trop classique. C’est une question de goût, pour notre part on vous invite à le rentrer dans votre Chino chaud. D’autant plus que c’est l’occasion de faire ressortir ses belles finitions épurées : une ceinture élastique et un cordon de serrage, qui feront leur petit effet. 
  • Une surchemise en flanelle dans un joli kaki foncé. Il se différencie du beau gris anthracite du Chino chaud, sans faire le grand écart colorimétrique pour autant. Ainsi vous aurez bien chaud partout sans avoir un look trop chargé. Pour les très grands froids, vous passerez évidemment au manteau. 
  • On détend l’atmosphère en bas, avec des baskets blanches minimalistes, pour faire honneur à notre cher et tendre Chino chaud. 



Look 2 : Flanelle bûcheron

 

Décidément les carreaux se sont fait une place de rois dans le paysage textile, masculin notamment. Encore faut-il savoir les choisir. 

 

  • Notre choix s’est porté sur une chemise à grands carreaux. Toujours moins risqué lorsque l’on ne veut pas faire de faux pas. Les grands carreaux c’est très élégants, les couleurs ont évidemment leur importance. On a choisi de rappeler le gris anthracite du Chino chaud pour créer une unité dans la tenue et on y a associé des touches de couleurs chaudes car on aime bien être premier degré en hiver. Du rouge et du beige. 
  • Un tee-shirt blanc en dessous, tout d’abord parce qu’on ne rigole pas avec le froid de décembre. Ensuite car ça vous permet d’ouvrir votre chemise tout en restant formel. En même temps ça montre votre maîtrise de la mode et finalement votre impertinence. On vous laisse totalement libre du nombre de bouton que vous souhaitez ouvrir, vous pouvez aller plus loin.
  • En chaussures, on aurait autant pu opter pour des baskets blanches très simples (compensées largement autorisées avec cette tenue) que pour des Chelsea boots foncées afin de créer une unité, avec le gris anthracite du Chino chaud




Look 3 : Flanelle sportwear

 

La flanelle est très ouverte d’esprit, elle accueille toutes les cultures. On a opté pour des clins d’œils, des détails qui selon nous font la différence. Si vous en avez envie vous pouvez aussi aller plus loin en dédiant tout un boulevard à la culture streetwear : le Chino chaud lui-même a emprunté quelque codes au jogpant. La ceinture élastique par exemple.  

 

  • Un tee-shirt coloré. On a choisi un orange automnal unis pour garder une certaine élégance, on ne peut pas s’en empêcher. Il se marie à merveille avec le gris tout en conservant une douce sobriété. 
  • Pour mettre en valeur ce orange, on s’est une nouvelle fois servi d’un procédé miracle : la surchemise. Un tissu épais s’il vous plaît, voire un denim.  Cette fois on fait un petit clin d’œil a l’été avec un joli blanc cassé. 
  • Petit rappel dans les mêmes tons avec une casquette arrondie unie. On vous incite si vous ne souhaitez pas racheter ou si cela vous correspond mieux, à porter une casquette à imprimé, encore plus assumée. 
  • Pour les chaussures on a choisi de magnifiques bottines à lacets en cuir marron avec de beaux reflets pour s’inscrire dans la continuité du Chino chaud. Ainsi ils cohabitent à merveille sans se voler la vedette. 

Quid de l’entretien ?

Vous aimez le pilou, cette matière textile duveteuse qui caresse la peau ? Alors vous aimez la flanelle de coton ! Oui, ce drôle de nom lui était tout d’abord attribué pour la distinguer de la flanelle de laine.

Choisissez un programme « linge délicat » ou un cycle qui ne dépasse pas une température de lavage à 30°C. Vous pouvez utiliser un adoucissant, c’est même un bon réflexe pour protéger sa texture ! En revanche, évitez le sèche-linge qui pourrait la faire rétrécir. Si vous tenez au repassage, alors optez pour le fer à basse température.

Nos conseils pour prolonger la vie de vos vêtements

 

Si cet article était une chanson

On vous conseille aussi